Rechercher
  • Benoit Bail

Maker's Mark... Brûle la recette!

Mis à jour : 19 sept. 2020

Depuis le début de ma quête dans l'univers des whiskeys, je dois avouer que j'ai toujours eu une relation ambigu avec la marque Maker's Mark.


Son image me laissant tout d'abord perplexe, j'ai finalement pris la peine de m'y intéresser de plus près et surtout d'y tremper les lèvres... Mais reprenons depuis le début.

Distillerie Maker's Mark

Maker's Mark est la cinquième marque de bourbon la plus populaire au monde. Sa distillerie est située dans la petite ville de Loretto, dans le Kentucky et produit 6 références de bourbon. La marque, elle, appartient au groupe Beam Suntory depuis 2005.

Le nom Samuels serpente à travers l'histoire et les traditions américaines de la distillation à partir de la fin du 18e siècle. La première distillerie commerciale portant le nom de la famille a été construite au milieu des années 1800 par Taylor Williams Samuels sous le nom de T.W. Samuels Distillery.


T. W. Samuels était le plus éminent de la famille, bien qu'il appartienne en fait déjà à la troisième génération de la famille qui distillait du whiskey.  La distillerie, elle, a fonctionné dans le comté de Nelson, jusqu'à ce que, comme presque toutes les distilleries de l'époque, elle cesse ses activités en raison de la Prohibition et soit finalement démantelée pour être recyclé. 

En plus de la distillation, celui que l'on surnommait "Ole T. W." était également le shérif du comté. Dans les dernières années de la guerre civile américaine, T. W. a convaincu les soldats confédérés Jessie et Frank James de se rendre. Il n'a eu aucun scrupule en ce sens, alors que les deux étaient ses cousins par alliance et qu'ils se connaissaient depuis l'adolescence. Des années plus tard néanmoins, le James Gang est devenu l'un des gang de hors-la-loi les plus notoires de l'histoire des États-Unis en volant des banques, des diligences et les chemins de fer. Ça devait être sympa les repas de famille le dimanche...


T. W. a également ouvert la première distillerie commerciale de la famille, sur le terrain où se situait la ferme familiale, pas loin de l'endroit où se trouve aujourd'hui la distillerie Jim Beam

Entre la fin des années 1870 et le début des années 1880, le fils de T. W., William L. Samuels, repris l'entreprise familiale. En 1933, lorsque la prohibition a finalement pris fin, T. William (Bill) Samuels, Sr., son petit fils, a en fait considéré la recette de la famille, utilisée depuis 170 ans, comme médiocre et a à plusieurs reprises essayé de convaincre son père Leslie B. Samuels de la changer. Ils ne l'ont pas fait et ont repris les affaires comme avant, produisant le bourbon familial. Immédiatement après la Prohibition, la famille a d'ailleurs commencé à construire la nouvelle T.W. Samuels Distillery, aujourd'hui transformée en musée après près de 70 ans d'inactivité et a été renommée Old Samuels Distillery. 

Elle se situe à environ un kilomètre seulement de l'emplacement d'origine à Deatsville et en dehors d'y attirer les touristes, on y fait vieillir aujourd'hui des fûts pour Heaven Hill et Maker's Mark. 

Quoi qu'il en soit, cette distillerie a fait couler sa première goutte de whiskey le 28 avril 1934. La distillerie a ensuite continué à faire du bourbon mais a changé de mains à quelques reprises et a finalement arrêté ses opérations en 1952.


Après donc avoir été repoussé pour ses idées novatrices, Bill, lui, a décidé de créer une nouvelle recette de meilleure qualité et a brûlé le seul exemplaire de la recette familiale dans une poubelle du salon, et à faillit brûler la maison entière par la même occasion après que les rideaux se soient également enflammés. Parce qu'il n'y en a pas deux des Bill's...


Bill, est une personne méticuleuse et il pensait qu'en faisant des essais et en commettant des erreurs, il allait trouver la recette du whiskey parfait. Pendant six ans et demi, il a continué à expérimenter différentes variantes de recettes. N'ayant pas l'argent ou le luxe de pouvoir distiller chaque recette et d'attendre cinq ans pour essayer le résultat des différents bourbon, il a eu l'idée de transformer de nombreuses recettes en miches de pain et a mis sa famille à contribution. Une fois qu'ils ont décidé de la combinaison parfaite de maïs, de blé et d'orge, Bill décide finalement d'acheter une distillerie.


La distillerie Maker's Mark a donc été fondée par Bill, Sr. en 1953 quand il a racheté l'ancienne distillerie Burk's Springs à Happy Hollow, qui devient plus tard Loretto, dans le Kentucky  pour la modique somme de 35 000 $. 


C'est la femme de Bill, Margie, qui a donné au nouveau bourbon le nom d'un de ses passe-temps préférés, car elle collectionnait les objets en étain anglais raffiné et aimait les marques que les orfèvres plaçaient sur leur créations artisanales. La fameuse "Maker's Mark"...


C'est également elle qui a eu l'idée de tremper chaque bouteille dans de la cire rouge, ainsi que la forme et l'étiquette de la bouteille. Elle a alors fait chauffé sa friteuse électrique sur la table de la cuisine pour tremper les bouteilles à la main dans la fameuse cire. 


Finalement, Margie est également l'auteur de l'étoile emblématique et du logo SIV qui a remporté d'innombrables prix dans l'histoire. Pour cela, elle s'est simplement inspirée du nom de la ferme familiale, «Star Hill Farm», du «S» du nom de famille Samuels et l'IV parce que Bill était, selon lui, la quatrième génération de sa famille à distiller du whiskey. 


Maker's Mark a donc commencé à distiller de petits lots de Bourbon en 1954, le premier fût ayant été commercialisé qu'en 1958. Les bouteilles carrées uniques trempées dans de la cire rouge sont devenues un succès instantané.

Reconstruction de la cuisine de Bill et Margie à la distillerie...

Bill Samuels, Jr. a commencé à travailler à la distillerie en tant que directeur de production dès 1954 et a été nommé maître distillateur plusieurs années plus tard. C'est lui, d'ailleurs, qui a insisté pour être la seule distillerie à faire tourner minutieusement leurs fûts de bourbon dans l'entrepôt pendant la période de vieillissement. 


Tout au long des années 1970, la marque s'est commercialisée avec le slogan: "It tastes expensive ... and is!" ("Ça a un goût cher ... et ça l'est!")


En 1975, Bill Samuels, Jr a été nommé président et C.E.O. de Maker's Mark, place qu'il a occupé jusqu'à sa retraite en 2011.

Ancienne publicité de Maker's Mark

Pendant de nombreuses années, Maker's a ignoré la mode populaire d'ajouts ou de whiskies aromatisés. Mais en 2008, Bill, Jr. a cédé et a commencé à expérimenter de nouvelles idées et façons de changer leur "recette parfaite".  Après des dizaines et des dizaines de tentatives, il a été déterminé qu'ils ne pouvaient pas améliorer Maker's Mark et a décidé de commencer avec sa base habituelle, puis de tenter des changements par d'autres moyens que de changer sa mashbill. 

En 2009, finalement, Maker's Mark présente son «Maker's Mark Mint Julep Whiskey» et en 2010 ils ne sortent que leur deuxième référence en 57 ans d'histoire en lançant le Maker's 46

Maker's 46 est le même Maker's Mark vieilli pendant quatre ans, puis finit dans un nouveau fût construit de 33 douelles, mais dont 10 de ces douelles sont intégrées dans le fût et sont en chêne français neuf toasté au lieu de chêne blanc américain carbonisé. Il avait également une douelle fortement carbonisée des deux côtés insérée dans le fût et vieillit son bourbon pendant 6 mois de plus en hiver. Maker's a maintenant créé une cave à bourbon entièrement en calcaire qui reste à une température constante de 10 degrés Celsius, afin de pouvoir produire le Maker's 46 toute l'année.

Maker's Mark 46 Cask

En avril 2011, après que Bill, Jr. ait pris sa retraite, son fils Robert (Rob) Samuels a repris la distillerie et a rapidement présenté Maker's Mark Cask Strength en 2014. Ce brut de fût, comme son nom l'indique, est non réduit et non filtré et sort généralement entre 54% et 57% ABV. 

Puis, juste un an plus tard, Maker's lance une référence  intitulée Maker's Mark Private Select. Private Select est une un bourbon présenté sous forme de fût unique (Single Barrel) dont la différence est entièrement basée sur le fait que les douelles des fûts utilisés ne sont pas toutes chauffées de la même manière. Il existe actuellement cinq types de douelles différentes chez Maker's, qui incluent un Baked American Pure Stave, une Stave French Cuvee Poêlée, une Stave Maker's 46, une Stave French Mocha Rôti et une Stave French Spice toasted. Les consommateurs peuvent ainsi choisir dix douelles à mélanger dans un

fût avec 1001 combinaisons possibles. 

Finalement, Maker's Mark crée également une variante dites "Black Seal" qui est fabriquée exclusivement pour le Japon, en plus des dizaines et des dizaines de bouteilles commémoratives ou en édition limitée, sur lesquelles ne changent finalement que le packaging.

Gamme Maker's Mark

Alors, du coup, après avoir appris pas mal de choses sur le sujet, j'ai bien voulu y tremper mes lèvres et ai opté pour le Maker's Mark Cask Strength.


Au nez, on retrouve un boisé léger et doux, avec de jolies notes gaufrettes et beaucoup de vanille. 

En bouche on retrouve cette vanille douce et chaude avec du miel, de la crème au caramel avec de légères nuances de cannelle et de cacao.


La finale quant à elle est boisé et agréablement épicée.


J'ai été positivement surpris par ce bourbon, je dois l'admettre, d'ailleurs le niveau actuel dans la bouteille en dit long. C'est d'une gourmandise sans nom dont on ne se lasse pas et vers laquelle on retourne volontiers. Les prix fluctuant entre 50€ et 80€ la bouteille en Europe, je pense qu'on est ici sur un rapport qualité prix très correct. 


En tout cas, je risque d'en reprendre une dès que celle-ci sera vide... 


Posts récents

Voir tout
  • Instagram - Benoit Bail
  • Le Comité du Bourbon - Facebook

© 2020 par Le Comité du Bourbon