Rechercher
  • Benoit Bail

Et si on parlait de... Bourbon!

Mis à jour : 26 sept. 2020

Nous sommes le 4 juillet, fête de l'indépendance américaine, et n'y a-t-il finalement pas une meilleure date pour lancer cette newsletter et parler de bourbon. Car, si tu es ici en train de la lire, c'est que tu dois probablement un minimum t'intéresser au sujet, ce fameux spiritueux typiquement américain, produit à base de 51% de mais au moins.


Ou bien que tu souhaites juste vérifier ce que je vais encore dire comme conneries.

Mais sache que dans les deux cas: C'est cool!


Quoi qu'il en soit, tu auras très certainement remarqué que durant le confinement, un nouveau groupe d'amateurs de spiritueux et plus précisément de bourbon est né, je cite: 


Le Comité du Bourbon

Je t'invite d'ailleurs à nous y rejoindre, si ce n'est pas déjà fait. Allez, fait vite...

Alors, si tu me connais déjà, tu te demandes sûrement d'où vient cette passion soudaine pour cette eau-de-vie de cowboys?!


Pour être honnête avec toi, mon intérêt pour ce produit ne date pas d'hier et le bourbon m'a toujours fait de l'oeil, même si j'ai essentiellement fait mes armes dans l'univers du rhum (La Confrérie du Rhum, l'Agricole Tour, Ambassadeur pour les rhums Saint James, puis Depaz, le Single Cast et tout un tas de projets dont on ne va pas parler ici).


C'est souvent durant les longues soirées d'hiver au coin du feu, car oui, il semblerait que mon foie fonctionne par saisons, telle une fashion week gustative, que mon envie de bourbon se fait sentir. Autant la collection printemps/été sera plus orientée ti-punch, plage et cocotiers, la saison automne/hiver, elle, sera plus en mode thanksgiving, halloween et noël avec le bourbon accompagné de ses pancakes au sirop d'érable et du lait de poule. 


Malheureusement, je n'ai jamais eu l'occasion d'approfondir le sujet d'avantage, mais j'ai régulièrement eu la curiosité d'essayer différents produits ici et là, sur des salons et dans des bars et j'ai constaté que les arômes présents dans le bourbon sont généralement des arômes que l'on retrouve souvent dans le rhum. 


(Serait-ce peut-être dû au fait que le rhum soit le plus souvent vieillit en fût ayant contenu du bourbon? Ou que les matières premières des deux produits soient à la base très sucrées? Le mystère reste entier... 🤔)


En tout cas, le confinement m'aura donc permis de pouvoir me pencher d'avantage sur la question et nous voici donc avec cette newsletter qui aura pour but de nous en apprendre plus sur le bourbon, son actualité, mes coups de cœur  (et crèves-coeur) et je l'espère, pas mal d'autres surprises. 


Cette semaine, il y a eu pas mal d'articles intéressants dans la #bourbonsphere, mais un en particulier à retenu mon attention. Inside the World of Black Market Bourbon

Un article un peu long certes et dans la langue de Shakespeare, qui plus est, mais tellement bien détaillé. Cet article nous parle d'un phénomène qui gangrène le monde du bourbon, mais pas que, depuis maintenant un certain nombre d'années. 

On y parle des dusty-hunters également appelés flippers... 

Vous l'aurez compris, on parle de ces gars qui vont vider les étagères des cavistes de leurs raretés dès leurs sorties pour les revendre ensuite 4x plus cher sur les internets: 

Les fameux spéculateurs

Je sais qu'on en connaît tous au moins un dans le milieu. #balancetonflipper 


En dehors du fait qu'un revendeur prétend avoir payé sa maison en entier grâce à ce trafic, on y explique les pratiques à la limite du légal, l'avis des cavistes parfois complices, la mauvaise organisation de certains distributeurs et la fermeture des groupes facebook dédiés aux ventes d'alcool.

Mais je vous laisse prendre le temps de lire cet article vous même. 

Déjà qu'on parle lecture, je souhaite également profiter de cette première pour te recommander quelques ouvrages que j'ai eus l'occasion de lire durant cette période de confinement:

  • Kentucky Bourbon Whisky - par Michael R. Veach, un très bel ouvrage qui pose les bases de l'histoire du bourbon aux États-Unis, parce qu'il faut bien commencer quelque part...

  • Bourbon - par Fred Minnick, un des incontournables de l'univers du American Whiskey et également l'auteur de l'article cité plus haut. Dans cet ouvrage, on passe au niveau supérieur avec plus de détails techniques et historiques et où on déconstruit les mythes du marketing (Spoiler: Elijah Craig n'est pas l'inventeur du bourbon). 

  • The Bourbon Bible - par Eric Zandona. Ce livre m'a beaucoup fait penser au livre 101 rhums à découvrir, d'Alexandre Vingtier avec une liste non-exhaustive de bourbon facile à dégoter chez votre caviste et leurs spécificités. Ce livre est également bonne source pour obtenir les mashbills des différents bourbons listés et permet donc exactement de connaître les recettes de ce qu'on boit. Astucieux, non? 

Deux nouveaux livres ont également atterri sur ma wishlist, à savoir:

  • Bourbon's Backroads: A Journey through Kentucky's Distilling Landscape, par Karl Raitz

  • American Spirit: Wild Turkey Bourbon from Ripy to Russell, par David Jennings fameux auteur du blog Rarebird101 et dont le livre est d'ores et déjà en route vers chez moi, amateur du fameux dindon que je suis. Je vous en parlerai sûrement dans une prochaine newsletter... 

Finalement, je vais conclure sur ça pour aujourd'hui afin terminer sur une (bonne) note de dégustation du 


Wild Turkey Longbranch


que j'ai réalisé pour ma nouvelle série "The Barrel House Review" que tu peux découvrir sur mon compte Instagram.

Merci et n'hésite pas à partager ce contenu 

avec qui tu sais. Ça lui fera plaisir. 😚

Et si tu veux plus d'informations sur le bourbon 

n'oublie pas de rejoindre Le Comité du Bourbon sur Facebook et sinon, 

tu peux également me suivre sur Instagram.

(C'est gratuit 🤓)

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Instagram - Benoit Bail
  • Le Comité du Bourbon - Facebook

© 2020 par Le Comité du Bourbon