Rechercher
  • Benoit Bail

Comment avoir le "Stagg"?

Dernière mise à jour : 26 sept. 2020

Dis-moi, connais-tu George T. Stagg


Figure-toi que ce brave monsieur est né le 19 décembre 1835 dans le comté de Garrard dans le Kentucky. 



George T. Stagg
George T. Stagg

Mais avant ça, je me dis que tu as peut-être oublié de lire ta newsletter de la semaine passée! Du coup, retrouve là ici, ça parle de lecture de codes lasers sur de vieilles bouteilles... 

Bref, revenons à nos moutons... 

Bien que l'on en sache peu sur ses premières années, l'impact de la vie d'adulte de notre cher George, sur l'industrie du bourbon, sera plus qu'impressionnante.

Après avoir fait partie de l'armée de l'Union pendant la guerre de cessation, Il travaille tout d'abord comme vendeur de whisky à Saint-Louis et crée la société Gregory and Stagg avec son associé James Gregory.  Celle-ci sera ensuite rachetée par la légende E.H. Taylor Jr. pour qui il va ensuite continuer à vendre du bourbon à travers tous les États-Unis. Ensemble, ils mettent en place la distillerie américaine la plus dominante du 19e siècle.

Le sens du commerce et des affaires de notre bon vieux George ont contribué à faire de la distillerie l'une des plus importantes distillerie de bourbon au monde. (Elle est d'ailleurs toujours aussi imposante aujourd'hui.)


Le bâtiment le plus ancien du ​​site, la « Riverside House », a été construit en 1792 par le Commodore Richard Taylor. 

La première véritable distillerie, par contre, n'a été construite qu'en 1812 par Harrison Blanton. En 1870, la distillerie est ensuite rachetée par Edmund H. Taylor qui lui a donné son premier nom, la O.F.C. Distillery. Jusqu'au jour où le Commodore Taylor se retrouve en difficulté financière et que Stagg lui rachète la boîte pour finalement inverser les rôles et faire de Taylor son employé. Il lui cède une seule part de la société (sur 5000), pour continuer à utiliser le nom de Taylor sur ses étiquettes, car la notoriété des produits Taylor étaient ainsi entièrement à son avantage. 

Swagg le Stagg, car c'est plutôt badass.


Deux distilleries ont été rachetés par Stagg. 

La O.F.C Distillery et la Carlisle Distillery qui sera cependant vendue dans l’année à un certain James Graham dans le but d’agrandir et de moderniser la O.F.C. Distillery qui sera dorénavant gérée par la George T. Stagg Company.

C'est ensuite en 1886 que Stagg installera pour la première fois un chauffage à vapeur dans ses chais, ce qui en fera les premiers chais de vieillissement à température contrôlée des États-Unis. Et ça c'est malin! 


En 1904, la distillerie a d'ailleurs été rebaptisée à son nom "George T. Stagg" et l'est restée jusqu'à son changement de nom en Buffalo Trace Distillery en 1999. 


Aujourd'hui, la distillerie Buffalo Trace, ayant donc appartenu à tour de rôle à Harrison Blanton, E.H. Taylor Jr, George Stagg et Albert Blanton, s'efforce de perpétuer la tradition d'innovation et d'excellence de ses célèbres ancêtres. 

Deux cuvées sont aujourd'hui proposées en hommage à Stagg: George T. Stagg et Stagg Jr. 


Les bouteilles de George T. Stagg font aujourd'hui partie des Saint-Grâles du secteur du bourbon. Ce dernier est un single barrel de 15-16ans (en fonction des batchs) et est toujours proposé en version brut de fût et non-filtré.  Un vrai bourbon à l'état pure. 

Il est l'un des 5 pilliers de l'Antique Collection proposée chaque année par Buffalo Trace et regroupant 5 références d'exception à collectionner: George T. Stagg, Sazerac Rye 18 Year-Old, William Larue Weller, Thomas H. Handy et Eagle Rare 17 Year-Old.

Buffalo Trace Antique Collection
Buffalo Trace Antique Collection

Au moment de leur mise en vente, le prix de chaque bouteille est de $99. Mais vu la forte demande, je te laisse deviner ce qui se passe sur le marché secondaire par la suite... 


Mieux que n'importe quel plan épargne.


Heureusement pour les plus modestes d'entre nous, il existe son petit frère: Stagg Jr. 

Ce dernier a été créé pour la première fois en août 2013 et depuis la production ne s’est pas arrêtée avec deux nouvelles sorties par an au printemps et en automne et un prix de départ d'environ $50. Le prix de ce dernier augmente également face à la demande, mais reste tout de même abordable comparé à son grand-frère.


Techniquement, il partage les mêmes caractéristiques que son aîné. C’est un bourbon riche, gras et gourmand avec une longueur impressionnante. La différence entre les deux se résume dans le temps de vieillissement. Là où George T. Stagg compte 16 ans d'âge, nous compterons 7 à 9 ans pour Junior, ce qui en fait un bourbon plus accessible (du moins financièrement). Également proposé en version brut de fût et non filtré, Stagg Jr est embouteillé à des taux d'alcool dépassant toujours les 60%. Un vrai truc de cowboy quoi... 

Figure-toi que suite à une dégustation chez un ami belge dimanche dernier, j'ai eu l'occasion de mettre la main sur une bouteille de 2018 titrant à 63,95%. 

Une réelle aubaine, je te l'accorde vu l'introuvabilité de ce petit bijou sur les internets, à l'heure où je t'écris.


La "mashbill" de ce dernier est la numéro 1, soit aux alentours de 90% de maïs pour moins de 10% d'orge et de seigle (je te détaillerai les différentes mashbills de chez Buffalo Trace dans une prochaine news)

Ce « Kentucky Straight Bourbon Whiskey » est un produit chaleureux et puissant, piquant et doux à la fois. 

Au nez développe un côté très gourmand avec d’intenses notes de sucre de canne, de cassonade et de chocolat noir, c'est simplement divin. 

Au palais, c'est puissant, intense et épicée évoluant rapidement sur la cerise et du clou de girofle avec des bonbons au caramel. 

La finale est longue... Très longue et sans amertume. Un petit bijou. 

Et si tu veux plus d'informations sur le bourbon 

n'oublie pas de rejoindre Le Comité du Bourbon sur Facebook et sinon, 

tu peux également me suivre sur Instagram.

(C'est gratuit 🤓)

23 vues0 commentaire